Nous revoici, nous revoilà… Nous reprenons du service, après quinze jours de fermeture de la librairie et de vacances pour nous. En cette fin août, la rentrée littéraire est le marronnier préféré de la presse et le défi des libraires. Défricher, découvrir, se tromper, mais aussi rester fidèles aux auteurs que l’on aime. Un programme de lectures d’été bien chargé pour nous, mais aussi des séances de rattrapage pour tous les livres que nous n’avons pas eu le temps de lire.

 

NOUS AVONS LU ET AIMÉ

rentree litt image

 

Littérature française

Viva, Patrick Deville, Seuil

Le charme de Patrick Deville opère une nouvelle fois, avec Viva. Il nous convie à une longue promenade érudite en compagnie de Trotsky, Lowry, Frida et les autres dans le Mexique des années 30. Une époque révolue où la croyance en une révolution mondiale pour et par le peuple semblait encore possible, c’était juste avant la terreur stalinienne et ses nombreux assassinats politiques. Quant à Lowry, c’est une autre histoire qui se déroule aussi en partie au Mexique, comment cet écrivain fou passa plus de dix ans à écrire son chef d’œuvre : Sous le volcan. Parfaitement documenté, Deville pratique depuis longtemps l’art, très en vogue en cette rentrée littéraire, de la « biographie romancée ». 

Jacob, Jacob, Valérie Zenatti, L’Olivier

Valérie Zenatti restitue l’atmosphère des années 40, en suivant le destin de Jacob, jeune conscrit, juif constantinois, qui quitte l’Algérie pour combattre les allemands et libérer la France, ce pays, son pays qu’il découvre en même temps que les atrocités de la guerre… Grâce à une écriture où sensations, odeurs, ambiances sont retranscrites au plus juste, l’auteur envoûte le lecteur. 

L’affaire des vivants, Christian Chavassieux, Phébus

Disons-le tout net, l’un des meilleurs romans français de cette rentrée est… ligérien ! Christian Chavassieux, assistant au musée des Beaux-Arts de Roanne, dresse dans L’Affaire des vivants le portrait de Charlemagne Persant, fils aîné d’une petite famille paysanne installée à Mérives, petite bourgade proche de Saint-Elme (ne cherchez pas Saint-Elme sur une carte de la Loire ou du Rhône, elle est le fruit de l’imagination de l’auteur qui l’a décrit comme plus petite que Saint-Étienne, mais plus grande que Rive-de-Gier). Charlemagne, archétype de l’entrepreneur ambitieux, deviendra vite à force de travail l’un des plus grands industriels de la région. Néanmoins, son origine modeste le poursuit : il a hérité de ses origines paysannes une certaine avarice et ses frères restés à la ferme sont un obstacle à son ascension social. A trop vouloir grimper, on finit par chuter… 

Dialogue d’été, Anne Serre, Mercure de France

Jamais livre n’aura été aussi loin dans l’analyse de ce qui peuple l’univers intime d’un auteur. Choisir le dialogue pour Anne Serre, c’est d’emblée, élever son roman dans d’autres sphères, celle de la philosophie, celle de la psychanalyse. Elle y évoque la création, la liberté et les contraintes d’un écrivain qui joue, sans cesse, avec ses réalités. Etrange personnage que cette auteure qui se dévoile et fait part de son expérience, pas seulement en tant que romancière, mais aussi en tant que femme. Ne cherchez pas, il n’y a aucune histoire, mais un happy end tout de même, celui enfin d’avoir pu dialoguer avec sa mère, trop tôt disparue. D’une grande élégance ! 

Trente-six chandelles, Marie-Sabine Roger, La Brune / Rouergue

Mortimer Decime doit mourir aujourd’hui, le jour de ses 36 ans, à 11h précisément. C’est ainsi, il le sait. Il perpétue la malédiction familiale : tous les hommes de sa famille sont morts le jour de leur 36ème anniversaire dans des circonstances totalement absurdes. Il s’est donc préparé : il a donné le préavis de son appartement, a lâché son travail au ministère de la gestion préventive des accidents fortuits, a rangé toutes ses affaires et s’est habillé tout particulièrement pour l’occasion. Allongé sur son lit, il attend donc la mort, tout en se demandant ce que le sort va bien pouvoir lui réserver. Mais le moment tant attendu arrive et rien ne se passe… Pourquoi a-t-il été épargné ? Et surtout, que va-t-il pouvoir faire de cette toute nouvelle vie qui s’offre à lui ? Marie Sabine Roger nous offre à nouveau une belle leçon d’humanité, un très beau roman, à la fois sensible, fantasque et drôle. 

Intemporia Vol. 1 : Le sceau de la reine, Claire-Lise Marguier,  Epik / Rouergue

Un village paisible touché par une ancienne malédiction. Une reine, puissante et cruelle, prête à tout pour étendre son pouvoir. Un jeune garçon, un brin naïf mais très courageux qui décide d’affronter le pire pour sauver ceux qu’il aime. Voici les ingrédients du tout nouveau roman de Claire-Lise Marguier, un récit fantastique qui inaugure la nouvelle collection des Editions du Rouergue : Epik, dédiée aux littératures de l’imaginaire. On leur promet une bien belle réussite si tous les textes de la collection atteignent le niveau de celui-ci. Mais surtout, ne soyez pas effrayés par ce pavé de 600 pages car vous vous laisserez bien vite embarquer par le récit passionnant, riche et terriblement bien construit de Claire Lise Marguier. En tout cas, nous, on attend la suite avec impatience !

Littérature étrangère : 

Le complexe d’Eden Bellwether, Benjamin Wood, Zulma

Oscar est un jeune adulte parmi tant d’autres sur le campus de King’s College. Néanmoins, tout l’oppose aux étudiants de ce campus, un des plus réputés du Royaume-Uni : il est issu d’un milieu populaire et a choisi d’arrêter tôt ses études pour devenir aide-soignant. Sa rencontre avec Iris Bellwether et son frère Eden va bousculer son existence… Roman sur le pouvoir de fascination, de manipulation, il est aussi un bel hommage à la musique baroque (les Bellwether sont d’excellents musiciens). A l’instar du frère d'Iris, ce livre a un pouvoir d’envoûtement stupéfiant ! 

Les hérétiques, Leonardo Padura, Metailié

Immense roman du plus connu des écrivains cubains. En pas moins de 600 pages, Leonardo Padura nous transporte d’une époque à l’autre : de la communauté juive cubaine des années 40 à celle d’Amsterdam du XVIIème siècle pour revenir au Cuba actuel et ses bandes de jeunes emos, avec comme fil conducteur, un petit tableau attribué à Rembrandt et en imaginant des personnages d’une grande puissance morale. Mario Condé, son commissaire fétiche, mène l’enquête et vivifie ce  passionnant voyage dans le temps. 

Rouge ou mort, David Peace, Rivages

Honnêtement, je n’avais jamais entendu parler de Bill Shankly, j’ai pour moi l’excuse d’être né en 1990. Au début des années 1960, le FC Liverpool est une équipe de seconde zone, s’entraînant sur un terrain vague, évoluant en deuxième division du championnat anglais. En dix ans, à force de travail, entraînements rigoureux et achats de joueurs judicieux, le nouvel entraîneur de l’équipe, Bill Shankly, va propulser l’équipe sur le toit de l’Europe. Liverpool, sa classe ouvrière et son frog, sont le décor de ce « livre socialiste » (je cite David Peace), épopée footballistique à l’écriture industrielle. 

La femme d’en haut, Claire Messud, Gallimard

Roman centré sur Nora, cette institutrice de Boston sans enfants, menant une vie routinière et sans éclat. C’est en faisant la rencontre de Sirena, une femme artiste tout juste débarquée de Paris que ses désirs profonds, ses aspirations artistiques, vont ressurgir et les désillusions qui iront avec… 

La vie rêvée de Rachel Waring, Stephen Benatar, Le Tripode

Mais quelle mouche a piqué Rachel Waring pour qu’elle décide, suite à l’héritage d’une belle maison à Bristol, de quitter son travail d’employée de bureau à Londres et de rénover cette demeure pleine de charme. Une petite folie qui en annonce d’autres jusqu’à devenir une vrai pathologie. L’originalité de ce roman tient dans le fait que c’est Rachel qui raconte ses aventures et que nous, lecteurs, sommes d’abord souriants et charmés par son excentricité, mais aussi de plus en plus inquiets pour elle. Inoubliable.

Et bien d’autres encore :

Nous citerons en vrac, L’île du point Némo de Jean Marie Blas de Roblès chez Zulma, Les réputations de Juan Gabriel Vasquez au Seuil, L’homme de la montagne de Joyce Maynard chez Philippe Rey, Tous les jours sont des nuit de Peter Stammchez Bourgois ou encore Bain de Lune de Yannick Lahens, chez Sabine Wespieser.

En littérature pour ados / jeunes adultes : Tant que nous sommes vivants d’Anne Laure Bondoux chez Gallimard jeunesse, Un hiver en enfer de Jo Witek chez Actes sud junior, et aussi Humains de Matt Haig aux éditions Hélium.